Aile volante "Ptérodactyl"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aile volante "Ptérodactyl"

Message  Fred Van.H. le Sam 22 Oct - 8:13



Envergure 180cm
Flèche 30° par aile
corde emplanture 450mm
Corde saumon
Motorisation : 2 speed 400 réductés 1,85/1 logés dans le tiers avant du profil, arbres de transmission en carbone de 6mm.
Accus : 7 puis 8 éléments nicd 1250mah
Autonomie avec équipement immersion : 6minutes

Le dièdre en mouette était sensé donner de la surface verticale pour avoir assez de raideur en lacet sans dérive.
En pratique il a fallu en ajouter de petites, et ce n'était pas encore parfait. Assez cependant pour avoir les qualités requises pour mes premiers vols en immersion totale ( 15/08/2004 ).

Aux commandes d’un biturboprop !

On est au ras du sol, dans mon aile volante, et il est difficile de s’aider des bords de la piste pour rouler droit.
Le variateur produit un sifflement aigü, et les hélices un vrombissement qui donnent la sensation que l’on est aux commandes d’un biturbopropulseur. A cela s’ajoute le bruit du roulage.
Quand l’aiguille du badin indique une vitesse suffisante, une légère traction sur la profondeur et on est en l’air. Il faut garder la pente constante et en ligne droite en s’assurant que la vitesse ne faiblit pas (l’avion est un peu sous motorisé, mais il faut bien reconnaître que cela rend le pilotage assez réaliste). Nous sommes maintenant largement au dessus du champ qui jouxte le terrain,et il faut penser à virer. Un coup d’aileron… et de pied, ( et bien oui, le palonnier de la caméra !) et le terrain apparaît au dessus de l’aile gauche, la vitesse se met à augmenter car nous ne sommes plus en montée, je peut donc réduire les moteurs et profiter du paysage pendant 5mn. Les vitres inférieures sont bien pratiques et permettent de se situer quasiment à la verticale.

ttention pourtant bien focalisée sur mon écran est distraite par mes oreilles qui me rappèllent à la réalité : mon avion- que je ne vois que de l’intérieur, dans lequel pratiquement je croyais être- vient de passer au dessus de ma tête. Perturbant !
Il faut fréquemment regarder à gauche à droite , vers le haut dans les virages pour compenser l’inclinaison. Ce n’est pas encore un réflexe naturel, si bien qu’assez vite, la concentration fatigue le pilote, et que l’avion doit bientôt s’aligner en approche. Après un S, toujours, car

j’ai tendance à virer un peu trop tard, sans doute à cause de l’objectif grand angle qui donne une fausse impression d’éloignement.
Quand je suis bien dans l’axe, la piste a la forme d’un trapèze isocèle. Gaz réduits, je laisse descendre en visant l’entrée de la piste. Si la vitesse augmentait, ce serait signe que la pente est trop forte, et il me faudrait recommencer de plus bas ou de plus loin. Peu avant le béton, je coupe tout. Quand la piste envahit mon champ visuel et va rejoindre l’horizon, je commence à tirer et la vitesse faiblit. Il est assez difficile d’évaluer la hauteur exacte pour arrondir, mais cela devrait venir avec la pratique. Vibration et bruit, nous roulons un moment puis l’avion s’arrète dans un grand silence qui contraste avec la puissante ambiance sonore de ces 6minutes. Nous avons volé !

Bon, ce n'est pas de la grande littérature, mais le but est simplement de donner envie au chaland. Et puis c'est bien ce que je ressens.

Merde, même quand je veux parler d'aéromodélisme en général, j'arrive encore à dériver sur l'immersion Rolling Eyes


avatar
Fred Van.H.
Admin

Messages : 3179
Date d'inscription : 30/07/2011
Age : 51
Localisation : Quelque part près de Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur http://aerofred.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum